PARLONS PEU, PARLONS BIEN…



Parlons peu, parlons bien…

DÉCEMBRE
La ville vaniteuse se gave de lumière :
Les marronniers transis dégueulent rue de Siam
Leurs guirlandes glacées, et des néons sans âme
Font revivre à la rade ces gloires putassières.

Des flocons lourds et gris comme des cendres molles
S’écrasent en silence sur les trottoirs mouillés.
Un manège électrique aux voitures rouillées
Braillasse du Sardou aux oreilles frivoles.

Des gens pressés s’ébrouent aux seuils des boutiques,
Ils ressortent chargés de graisses en promo.
Petits Papas Noël et leurs mornes cadeaux !
Ça va faire des heureux ces joujoux en plastique !

Un enfant grelottant serre la main de sa mère,
Il montre d’un doigt gourd un robot en vitrine.
Elle fait non de la tête, lui tend une mandarine.
À ses yeux prennent source de ces larmes amères…

Il y a plus de six mois, la vieille dame est partie.
A continué de battre, quand son esprit fut mort,
Son cœur gorgé d’amour qu’elle offrait sans effort.
Au-dessus des nuages le bleu est infini...

Bon…je viens de m’apercevoir que j’ai envoyé mon poème destiné à l’Association des Amis de la Poésie de la Boucle au graphic designer du Pattaya Journal. Ce n’est pas gravissime, ça vous changera, chers lecteurs, des inepties habituelles dont je vous abreuve mensuellement et si ces vers de mirlitons ne volent pas plus haut, au moins ça rime…même si, ça ne rime à rien.
Cependant et a contrario, Ils vont s’étrangler les versificateurs-néo retraités ex jeunes Giscardiens catoviens et les poétesse-dames patronnesses Vésigondines à la lecture de mon édito super rigolo ayant pour thème les bars à pipes de la Soi 6 avec des jeux de mots « en-veux-tu-en-voilà », des calembours éculés et des contrepets scabreux !
Je laisse ainsi car (et je vous livre un nouveau secret de fabrication), nous sommes le 24 décembre, il est 23h59, je suis en train de travailler (et encore à la bourre) sur le bouclage de votre fabuleux Pattaya Journal de janvier et…excusez-moi, je dois vous laisser car j’entends un bruit louche qui vient de la cheminée…
…me revoilà…c’était un SDF barbu habillé en rouge qui voulait squatter mon salon ! Je lui ai filé un coup de tisonnier et j’ai brûlé son barda qui devait être plein de puces !
Il nous reste, la chienne Pépette, tout le staff et votre serviteur à vous souhaiter une bonne lecture, un bon mois de janvier et une très bonne année 2020 !














Frank Vassal