PARLONS PEU, PARLONS BIEN…


Parlons peu, parlons bien…
« Je me plains d’aisance », cet oxymore poétique m’a été soufflé par un nordiste de souche et pattayen (ou pattayanais, je ne sais toujours pas) de cœur qui régale nos papilles depuis quelques années à Jomtien. Alain, lui, disait : « Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme de volonté. » Et quand on y pense, il suffit parfois de changer de paradigme pour voir le verre qu’on croyait à moitié vide, à moitié plein. Enfin, comme me le faisait remarquer fort justement Sophie Fonfec, à Pattaya les verres sont le plus souvent vides ou pleins et re-vides et re-pleins et rere-vides et rere-pleins… ad libitum.

L’actualité d’avril, c’est que le Pattaya Journal est désormais le seul journal en langue française à Pattaya et nous sommes fiers de représenter la France, de défendre notre belle langue à travers les pages de notre journal (et ce malgré les fautes d’orthographe qui échappent à la sagacité de nos relectures), de porter haut l’étendard de notre patrie et de promouvoir l’universalité de notre culture. Nous allons nous battre les amis, faire front (et fronde) face à la menace anglaise.
Ça va être Trafalgar dans la baie de Pattaya et, cette fois, c’est la France qui gagnera. Imaginez, un beau catamaran aux couleurs du Pattaya Journal écumant les eaux turquoises (plutôt marronnasses) le long de la Beach, avec Sophie Fonfec à la barre (elle qui est toute la journée au bar ça ne la changera pas trop), Pépette à la proue, la truffe au vent. Et au loin la flottille britannique (your mother), Albion ô combien perfide, attendant que notre frêle esquif soit à portée de canon. J’en frémis, j’en ai les poils qui se dressent (et pas que). Avec une mise en scène à la Cécile B. DeMille (pour nos plus anciens) ou à la Peter Jackson. Bon, avec Sophie et Pépette au casting, m’est avis qu’on sera plus proche de Max Pécas. Mais qu’importe le flacon (on en revient toujours là), puisque nous sommes en mission, nous allons demander solennellement à Monsieur Jacques Lapouge, ambassadeur de France en Thaïlande, une subvention afin de pouvoir mener à bien notre résistance face à l’envahisseur. Et, vous, chers amis lecteurs, aidez-nous en nous envoyant au journal de quoi tenir le siège : Bordeaux, Bourgogne, côte du Rhône, Val de Loire… même du Beaujolais s’il n’est pas nouveau. Livrez-nous du foie gras, de la charcuterie et des fromages… mais que du Français !
Allez, zou : Marseillaise avec sanglots dans la voix… drapeau au vent, petite larmiche au coin de l’œil. Ah, c’est autre chose que battre le pavé avec un gilet de la DDE sur les endosses en beuglant des slogans que même à la CGT ils n’oseraient pas les gonzes tant ils trouveraient ça « too moche ». Fermez le ban !
Mais, l’autre actualité d’avril, c’est bien entendu le Nouvel An bouddhique (sortez couverts) et pour cette occasion, votre journal préféré se jette à l’eau. Après la page « Bien être », nous vous proposons deux nouvelles rubriques : « Pattay’Art »qui vous offrira de belles photos de Pattaya et qui vous mettra à contribution, car nous publierons également vos plus beaux clichés et « Pattaya News » qui, chaque mois, vous apportera une actualité de proximité et vous permettra de découvrir des nouveautés dans les domaines de la technologie, de la culture et du loisir.
Et pour être complets, ce mois-ci nous organisons un jeu-concours ludique dont vous découvrirez les modalités, juste à côté de cet édito.
Nous, l’équipe du Pattaya Journal et la chienne Pépette vous souhaitons un bon Songkran !







Frank Vassal