PARLONS PEU, PARLONS BIEN…



Parlons peu, parlons bien.

Alors que je regardais la superbe victoire de Pinot et la non moins belle deuxième place de notre maillot jaune Alaphilippe dans le Tourmalet le 20 juillet, dernier… il faut que je vous dise quelque chose, un secret de fabrication du Pattaya journal… oui, rien qu’à vous, approchez votre oreille, plus près… si ça sent le Shalimar ce sera une lectrice… perdu c’est une odeur de rillon, c’est donc un lecteur.

Qu’importe, je vous le dis quand même. Voilà, quand j’écris « Alors que je regardais. etc. » en fait je suis en train de regarder l’étape, en direct, et je vous fais croire que c’est du passé, car quand vous lirez cet édito, nous serons au mieux le 1er août et ça fera 10 jours que le Tourmalet sera passé et que même que le Tour De France il sera déjà arrivé dans notre bonne vieille ville de Paris et que vous serez encore déçu, car Geraint Thomas et Steven Kruijswijk auront fait un et deux, Alaphilippe une honorable troisième place et quant à Pinot, notre héros du jour (où j’écris cet édito, faut suivre !) pointera au-delà de la dixième… à la différence de Marc Dutrou qui généralement pointait en deçà de la 6e.
Pour rebondir (grâce aux trampolinos d’Edenko que vous trouverez page 27 du journal, pile au milieu à côté de la carte) sur les cyclistes dont le courage le dispute à la pugnacité, je vous annonce sans tambour ni trompette, car il m’est impossible de partager par le biais d’un magazine papier l’ouverture d’Aïda donc je vous annonce avant de m’embarquer dans une phrase proustienne qui risque de perdre à la fois nos rares lecteurs, Madeleine et votre serviteur, je vous annonce que la rédaction du Pattaya journal qui, je vous le rappelle, se compose de Pépette qui passe son temps à grogner et à bouffer, de Sophie Fonfec qui passe sont temps à grogner et à boire et de ma pomme, bref, nous avons le plaisir de vous annoncer une nouvelle rubrique page 12 en remplacement de la fabuleuse page « Pattay’Astuces » (« comment Sophie ? Non, PattayAstuces, m’habite ce n’est pas drôle… ne compte pas sur moi pour ajouter ce calembour éculé ! »).
Ce nouvel article mettra tous les mois en lumière un acteur de la vie Pattayène ou Pattayoise, je ne sais toujours pas. D’ailleurs nous avons intitulé la page « Pattay’Acteur », car nous avons de la suite dans les idées et des idées dans la suite comme disait Howard Hugues et plus tard DSK… vous pourrez découvrir ainsi des entrepreneurs, des artistes, des travailleurs sociaux ou bien des truands en cavale, des politiciens en goguette et autres indigents pour peu qu’ils soient francophones.
D’ailleurs, si vous connaissez une personne vivant à Pattaya qu’on pourrait mettre à l’honneur pour cette rubrique, je vous invite à nous contacter sans crier gare (au gorille… « Voilà, tu es contente Sophie ! »)
Comme je viens de relire cet édito et qu’il n’a ni queue, ni tête et avant de faire une sortie de rut comme on dit soi 6, je me propose de m’arrêter là et si vous n’êtes pas d’accord c’est trop tard, car je vous le rappelle, nous sommes le 20 juillet ! FIN
Il nous reste, la chienne Pépette, tout le staff (ilocoque « Sophie, c’est pour moi… ») et votre serviteur à vous souhaiter une bonne lecture et un bon mois d’août.









Frank Vassal